15/10/2014

Ce n'est pas une bonne fée ...

... mais plutôt une vieille  sorcière  qui s'est penchée  sur   mon  lit  la nuit  dernière .

Parce que  ce matin, malgré  les gélules   blanc et bleu,   une vilaine douleur m'  irradiait la jambe jusqu'au genou  et me forçait à   chercher  appui   pour le moindre déplacement .

Et dans ce cas,  la  barbe  et le  whisky mis à part,  j'ai  une fâcheuse ressemblance avec le  capitaine Haddock  pour  exprimer  ce que je  pense  de   la situation.

Pas de chance   il fallait  que je me présente   à  un " contrôle   d'oreilles " et  je comptais  bien , ensuite ,  profiter  d'être à A.  pour clôturer  le feuilleton  de la  carte d'identité  de  S.  qui   dure  depuis début juillet .

Impossible  d'aller jusqu'au bout  de la rue   et  de risquer   l'aventure  du bus   spécial marché : ce sera  taxi . 

La première  étape  se passe   plutôt  bien  et  l'audiologiste  est content  des   courbes des tableaux   que je devrai  transmettre  à l 'ORL.

Reste à  traverser   la place   encombrée   d ' échoppes   et  de  bavard(e)s  pour rejoindre   l'administration communale  d' un pas  le plus  normal  possible .

Heureusement  je croise  3 connaissances,  ce qui me   permet  de  faire  des  arrêts  qui   ont  tout à fait  l'air  naturels.  Ouff ...   il y a des chaises   devant les  bureaux pour  que   les citoyens,  ticket en  main  et l'oeil rivé  sur les écrans  d'affichage,  puissent  attendre  patiemment tout  en regardant en boucle  notre  cher  bourgmestre  député président du  ....  et   11 autres choses  encore .

Enfin  mon numéro !  

C'est là  que   ça  s'est corsé ...  cette fichue  sorcière  de la nuit  avait  certainement enduit  le  siège  de  colle  parce  que   j'ai bien cru  que je n'arriverais jamais à le quitter  .... et en  plus  pas l'ombre   d'un gros mot  ne   peut  sortir, ni même  s'ébaucher.  Une fois debout,  il reste au moins   huit pas   jusque  la porte  et puis encore  six  jusqu'au bureau   pour avoir de  nouveau droit   à une chaise .

Je ne sais pas  si  ma  démarche  de vieux canard  boiteux   y est pour  quelque  chose mais  en tout  cas  l' employée  a compris  la situation  et m'a remis  la carte d'identité  en reconnaissant   que la procédure  devrait  être  adaptée   dans certains  cas.  

Il faut maintenant recommencer la délicate  manoeuvre   de  se remettre debout sans  rien  pour  s'appuyer  et  de franchir la porte et ensuite  le hall. 

Une fois dehors,  le petit mur  qui descend  jusque la rue  facilite  la petite descente et il ne  reste qu' attendre  st taxi  pour le retour.

Demain ça ira mieux mais l'alerte  a été chaude ...

22:47 Écrit par May dans santé | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/09/2014

Retour dans un monde sans sourdine

Depuis ce matin, j'ai retrouvé le  bruit d'une  feuille de papier  qu'on froisse,  le  tic tac de l'horloge  de la salle à manger, le vacarme  de  la vaisselle  sur l'inox de l'évier...

Depuis ce matin,  j'ai  l'impression que je m'entends parler au  micro. Inconsciemment je baisse   la voix  et  je retrouve  dans une situation  inversée  : on me demande  de parler un  peu plus fort  !

Il faut  que je m'adapte à cette assistance  technologique : une habitude  à prendre  et, je suis prévenue,  des réglages  à faire dans les semaines  qui  viennent.

La prochaine étape  sera de tester ces oreilles  d'or (je parle  du coût  pas  de l'aspect  ) dans   différentes ambiances  : dans une voiture,  dans   une réunion de famille ou autre, dans une gare .

Je suis  de retour  dans un  monde  sans sourdine !

 

16:28 Écrit par May dans Perso, santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/08/2014

Neuro B bonjour !

Ce  sont les mots  d'accueil  que j'entends quand  je décroche  le téléphone  de l'entrée du bâtiment  pour prévenir  de ma  visite ...

Après   sept mois , il y a  encore  ce  serrement  de coeur  au  moment  ou  l'infirmièr(e)   m'ouvre  la porte  du service. 

Le " Neuro B" c'est un  autre monde .

Celui des mémoires  effritées.  Celui de l'angoisse  qui ne  sait plus s'exprimer  que  par des cris  ou  une agitation désordonnée.

Et au  milieu  des   ces  désemparés, le personnel est souriant,  serein  face  à toutes les situations, attentif à  la dignité  de chaque malade.

Ici  l'oubli des convenances  les plus  élémentaires  n'est plus  ni un  souci  ni une humiliation,  cela  fait  simplement partie  de  la vie  courante.

 

Chacun(e)  est appelé gentiment par  son prénom  et les infirmières  n'hésitent pas   à faire  le  geste  qui apaise.  Hier, quand   je  suis arrivée, l'une d'elle  caressait  doucement  les mains  de  S. pour le rassurer  pendant  qu'un collègue  lui taillait la  barbe.

Je ne  saurais  quitter   le  service   sans  les remercier  mais  je voudrais  dire ici,  à tou(te)s  celles et ceux  qui  travaillent dans  ce  genre  de  service,  combien  leur  engagement  est  précieux  pour la société.  Ils prennent  le relais  quand   le proche   atteint  ses  limites physiques  et   mentales.  

Merci de   nous permettre  de reprendre  le cours   d'une  vie  normale .

 

 

 

 

 

17:08 Écrit par May dans Neuro B, Perso, santé | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |