18/12/2014

Ce matin

 
C'est un jeudi  matin  pas pressé .

La cuisine  a  encore les portes fermées et se la joue  cocoon.  Emma Louise  murmure  son Jungle  en  mode repeat,  le  chat  s'emballe  sur  une  de mes pantoufles, je  respire mon café  en regardant  le jour  escalader le mur  du jardin.

Et  voilà  que   l'on frappe à la  porte  d'entrée. Des coups  répétés  et insistants qui brise  net  la  quiétude.
Le chat  s'électrise et   file  sous le fauteuil . Le café  se renverse .
J'attrape le peignoir, une manche se rebelle,  le carrelage   du couloir  est  glacé  sous  le pied droit nu.  Les  coups  redoublent.
 
 
J'ouvre  et je me retrouve   le nez  en face de la main d'un facteur  qui  s'apprête  à  frapper  encore .
-  J'ai un recommandé pour  Monsieur R. 
Je n'en crois pas mes  oreilles . 
 - Monsieur  R. c'est la maison  juste  après le  champs.
Et l'ersatz de M. Pokora, sans se démonter et avec  son sourire  du samedi soir 
-  Ah bon ?  je n'ai  pas  l'habitude  de   ce  quartier. Mais  puisque  vous avez ouvert, vous me prendrez   peut-être  un calendrier ?
Je refoule le plus loin  possible   ma possible   parenté  avec le  Capitaine  Haddock  et je  me  contente  d'un " je l'ai déjà"  grelottant.

Je retrouve la cuisine  chaude,  le  chat  est  couché dans le fauteuil,  la pantoufle  est  revenue  de  sa fugue, le jour est tout à fait  levé.

Allez  tout  est  bien,  je  vais me refaire un café  ...
 

téléchargement (8).jpg

10:05 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/12/2014

2007/2014


 Avril 2007

Voilà 17 ans que nous partageons le même enfant.
Vous, vous lui avez donné la vie .
J' ai essayé de lui  donner  le reste.

Cet enfant, que vous n'aviez pas voulu, vous n' avez  pas essayé de l'aimer. Derrière ce bébé joufflu, il y avait tant de souffrances, tant de haine, tant de choses que vous vouliez oublier !
Un jour, vous me l'avez amené : « C ''est impossible.  Il sera  sans doute mieux ici ».
L'assistante sociale qui vous accompagnait portait un sac avec quelques vêtements et vous êtes partie, sans un regard pour lui, en me disant « C'est pour son bien ».
 L'amour, ça ne se commande pas !
Et il s'est habitué . A nous, aux autres enfants. Il a appris à s'asseoir, à jouer ... Le plus difficile fut de lui apprendre la tendresse: il en avait tellement peur.
 
Régulièrement au début, occasionnellement par la suite, vous preniez de ses nouvelles. Votre vie changeait mais n'était pas plus facile.
Pendant vos périodes de silence, il arrivait à vous mettre en veilleuse. Il m'appelait maman. Il nous aimait.
A sa façon. Parfois si difficile à comprendre.

La souffrance renaissait sur un coup de fil, une promesse mendiée, rarement accordée «  Tu viendras me dire bonjour? »
«  Peut-être, si j'ai le temps, si j'ai de l'argent. De toute façon, tu as tout ce qu'il te faut » C'est vrai, il avait ce qu'il lui fallait. Sauf votre amour.
Moi, je ne savais lui donner que le mien. J'ai cru tout un temps qu'il acceptait . 

Les années passent vite !
Au hasard d'une rencontre, vous êtes rentrée dans sa vie. L'adolescence est un terrain de combat, et vous êtes devenue, sans le savoir, sans le vouloir, la référence de nos  batailles. Je ne savais pas comprendre son désir de liberté, d'argent... je ne savais parler que de contraintes...forcément... je n'étais pas sa mère.

J'ai pris contact avec vous  pour vous dire  son besoin de vous . Vous ne l'avez jamais leurré; sa vie ne faisait pas partie de la vôtre.
 
Un lundi, malgré votre refus, il est parti chez vous.
Il a jeté quelques vêtements dans un sac «  Je ne saurais dire au revoir à personne, j'ai de la peine pour vous » Il est sorti sans un regard pour moi.
 
Il vous donnait une seconde chance.

Huit  ans plus tard ...

Peut-être aurez-vous  une troisième  chance, je vous le souhaite  ...  en attendant, trois petits garçons m'appellent  Nanou.

 

19:33 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

04/12/2014

Et un de plus !

L e carnet à spirale  se teinte  encore  une fois  de rose  ! 

Un petit ( enfin 3,950kg ce n'est pas si petit  que çaClin d'œil )  Thyméo vient  d'arriver  chez filsdecoeur2 ce matin. 

Autre  bébé, autre situation  mais  autant  d'affection  pour ce nouveau bébé.

 

 

A ce rythme là , je vais devenir  une grande  copine de  St. Nicolas ....  

15:04 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |