23/11/2014

Le prisonnier

Le sourire de la dame en blanc  qui  m'ouvre la porte : dernière image  de normalité  quand j'entre dans le  service.  Derrière moi la porte  se  verrouille,  à  partir de là  chaque  pas m'emmène dans le monde parallèle.

Du couloir, je jalonne  mentalement la traversée de l'espace  de  vie  commune :  lancer un  bonjour tout le monde  amical, louvoyer entre les fauteuils  bleus  qui entourent une grande  table ovale , contourner  avec un sourire   le patient   qui  s'agite  à grands  gestes ...  Un infirmier est   occupé à  donner   à boire à S. ; j'attends  sans   un  mot qu' il termine . Alors seulement  je touche la main  de celui  que je viens  voir. 

Débloquer  le fauteuil, entrer  dans la chambre .  Un  Je vous laisse et  nous voilà  seuls derrière   la porte  fermée.

Le rituel   débute . Une  serviette  fleurie , une cuillère , un  dessert  tout en douceur . Le monologue   peut  débuter  :  une série  de phrases  courtes    Cela  te va bien  une  barbe  courte ... Vouchka  aura son bébé bientôt ...  la voisine m'a demandé  de  tes nouvelles ... Le chat a ramené  une  souris  sur la  cour ... 

La  tête reste  baissée ,  le regard   dans   le  vide .  

Je t'ai amené de la musique  ...

Les mains  agrippent   le  bord  de la tablette . Je pose   le  smartphone  sur mes genoux , B. Lavillier chante  Les mains  d'or , une  des chansons préférées .

La  cuillère  à dessert  est le métronome du  moment , ma main  gauche   maintient   la serviette.  

S. relève  la  tête, son  regard   prend vie , intense et interrogatoire .  Sa main emprisonne  mes doigts ne laissant libre  que   le   pouce,  la bouche  frémit, torturée  de  tant de mots enfermés  ...

La cuillère  tremblante  de panacotta reste  en suspens,  Lavilliers  se tait ... tout   peut  arriver : un geste  de colère,  un  cri,  une demi phrase .

Je caresse  doucement  du  pouce  l'étau qui  me  broie  la main.  

Ah  oui madame  . Ce seront les mots  du jour.

 

D'un coup le regard  s'éteint, la  main  mollit,  la  bouche  s'ouvre pour la dernière  glissade  de gourmandise.  

Je  lui  dis en souriant   que je le trouve  bien  avec  cette  chemise  rayée  en   tenant  ses mains dans les   miennes .

Cet   homme   là  est celui qui  m'a fait  femme à  15 ans,  le père  de mes  enfants,  le  conjoint de  dizaines  années de  vie  commune ....

Personne   ne   s'évade   de la prison  d' Alzheimer .

 

 

 

 

16:48 Écrit par May dans Neuro B | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

Bonjour !

 

J'ai voulu savoir depuis  quand  on utilisait la formule   de salutation "Bonjour" .

Et bien depuis   trrrrrrrrès longtemps !


  Avant  1200, on se  saluait  avec   un  Bon Jor . 
  A partir  du XVème  siècle   on  " donne  le  bonjour " 
  Et  on s'en sert  toujours  de nos  jours ....
                             

  Bonjour   à  toutes et à tous   !

09:41 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/11/2014

PLaisir de table

Le rez de chaussée  se parfume  du  plat unique  qui  mijote doucement et  j'avoue que je soulève le couvercle  plus souvent  que nécessaire ...   l'odeur, pour moi,   fait  partie  du  plaisir de la cuisine.

Dans la maison  de mon enfance,  les tâches  étaient bien réparties (je n'ai jamais su  comment   cela  s'était  établi) et la cuisine  était le domaine  de ma  grand-mère. Hélas !

Elle ne cuisinait  pas :  elle cuisait les aliments  qui devaient l'être. Point.

Rien d'autre  comme condiments  que le  sel et le poivre. Et encore, ce dernier avait sa place sur l'étagère du haut de l'armoire et je ne me souviens  de rien qui me rappelle  son  goût.

Avec le recul - et malgré l'affection que je portais à ma grand-mère - je me  dis  que les repas frisaient  la maltraitance  alimentaire. 

Heureusement il  avait la tante  Rachel.  Elle  avait  passé  quelques  années " en service"  comme aide  cuisinière chez  l' épouse d'un petit  industriel  et en avait gardé  des habitudes . Ah  la sauce   de  ses  rôtis, ses   croquettes  croustillantes,   ses chicons  au gratin   qui fondaient  dans la bouche,  sa purée de pommes de terre goûteuse ... 

A la messe  du  dimanche,  je priais  naïvement mais  sincèrement,  pour  que ma mère me laisse   aller   chez ma tante  avant midi . Quand  je n'étais pas exaucée, je me promettais   à chaque bouchée  que  quand  je  serais  grande, jamais  plus je ne mangerais  ce  qu'il y avait  dans mon assiette.

Et sans  me vanter , j'ai  tenu parole !

 

12:25 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |