03/12/2014

La Ste Barbe

Pendant 13 ans  j'ai  été   la  femme  d'une  gueule  noire.

Sa  décision ne m'avait pas  étonnée : il travaillait  depuis quelques années  dans  l'atelier de surface.  Un jour, il a fallu un ajusteur  de fond pour remplacer  celui qui  prenait sa retraite, le salaire   était   proportionnel   et il n'a pas hésité.

Je me  souviens encore  du  mépris de  son père  quand  il lui annoncé  qu'il  allait " descendre " .  Les mineurs - même  si  on   reconnaissait leur  courage - n'avait  pas l'image  si belle  qu'on la fait   dans les  textes d'hommage.  C'était un travail  que peu de belges acceptait  de faire .

Au  moment  de la fermeture, 638 hommes descendaient  encore  au fond et  82% des travailleurs  étaient d'origine  étrangère.

Si les conditions  s'étaient  beaucoup améliorées, le travail  entre   1971 et 1984, restait  tout de même   pénible. Malgré l'aération,  la température, à  718 m sous terre.  est élevée.

 Et  chaque fois  qu'il entrait  dans la cage , il restait un  petit bout  de peur,enfoui quelque part dans la  tête "  Et  si .... " 

C'est sans doute  cette  crainte  qui était la base   de cette ambiance  si  particulière   du travail minier.

 

 

2359944825_small_1.jpg

 

                                                   Sortie  de  cage 

 

bv000013.jpg

la-salle-des-pendus_6.jpg

 

La salle  des pendus  (  là  ou le travailleur accrochait  soit  ses  vêtements) 

 

 

 

 

La médaille  ( chaque   homme  devait  remettre  la sienne  avant  de  descendre ) permettait de  voir immédiatement quel  mineur  était  au fond .

 

Les semaines  avant la  Ste Barbe,  la superstition  recommandait d'être   prudent : 

" Ste Barbe  prend son  homme"  disaient-ils  s'il y avait un accident.

Et puis le 3 décembre  après-midi, c'était la  fête  !  Parfois  excessive.  A la mesure   de  ce que ces hommes vivaient  jour après jour .

 

 

 

20:45 Écrit par May dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Saluons le courage de ces hommes !

Écrit par : Rafaël | 04/12/2014

Répondre à ce commentaire

c'est beau comme tu racontes . j'ai une grande admiration pour ces hommes qui ont passé leur vie sous terre et dont certains sont ressortis pour mourir de silicose .

Écrit par : ghislaine | 05/12/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.