30/11/2014

L'accordéoniste

Quand il  sortait l'accordéon  de sa boite ,  il devenait un autre homme  !

Dans un coin  de la pièce,  je le dévorais du regard. Je ne   perdais pas un seul de  ses gestes : son  mouvement d'épaule pour  enfiler les " bretelles,  sa manière  d'ajuster  l'instrument,  de  s'asseoir ... Ses  doigts caressaient  d'abord les boutons de nacre   comme   pour  signaler   à  l'instrument   qu'ils allaient    s'amuser  ensemble .

Dès qu'il commencait  à  jouer, son pied droit   battait la mesure  si régulièrement   que j'avais l'impression qu 'il était   un  instrument à lui seul.

Mon père avait une façon  de fermer  les yeux et  d'incliner la  tête vers la  gauche.  Sa casquette lègèrement  en arrière, sa mèche, d'habitude  si disciplinée lui barrait  alors  le front et lui donnait presque l'air d'un   danseur de java.

Ma mère entrait  dans la pièce  sans bruit, et son regard  sur lui  était   une déclaration d'amour. Le sentait-il ?  En tout  cas   il passait   du  musette  au fameux  Amant de  St Jean qu'elle aimait tant...

 

 

 

18:32 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

c'est beau ce regard aimant sur ton père , mon père jouait aussi de l'accordéon sans avoir appris .

Écrit par : ghislaine | 01/12/2014

Répondre à ce commentaire

Même vécu pour moi, il devenait aussi un autre homme, j'ai écrit aussi sur mon blog à ce sujet ... faudrait que je recherche ...

Écrit par : mel | 09/12/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.