19/11/2014

ce 17 novembre là

Ce vendredi  là , il était   19h quand  elle  a  frappé  à la porte .

C'était une jeune femme,  plutôt jolie mais  ce  qui dominait , c'était son expression  de   lassitude . Sur  sa  hanche  droite, elle  avait  calé  d'une drôle de façon un bébé  de  quelques mois  et  elle  tenait dans  sa main  gauche, un  grand  sac de plastique rayé rouge, bleu et blanc auquel était littéralement  accrochée   une petite  fille  de deux  ans.

Elle est entrée ,  elle avait peu de  temps  m'a-t-elle  dit. La personne  qui  les avait amené était   pressée. Je lui ai donc  fait   vérifier  ses  coordonnées  et elle   a déposé  le sac  par terre ,  elle a sorti de sa poche  une  enveloppe froissée avec le montant  de la garde pour le  week end tout en  jetant un regard  autour d'elle   pour trouver  un endroit   ou déposer  le  bébé   qui gigotait.

J'ai tendu  les  bras  et  elle  m'a regardé  curieusement  en  me tendant l'enfant. Elle  s'excusait  vaguement "  elle  empeste , ça  c'est fait pendant le trajet ". 

Déjà elle  était  dans le  couloir "  Je vous donnerai  un coup de fil lundi  pour vous dire l'heure à  laquelle   je  viendrai  les  chercher "

Elle  s'est juste  retournée  un instant  avant  d'ouvrir la portière  "  dans le sac il y a des pijamas qui ne  sont  vraiment secs" .

Pas un  mot aux petites. Elle  venait  de se débarrasser   d'un fardeau.

Cette  année,  le 17 novembre, j'étais chez   une cousine  et   je n'ai  pas  évoqué  ce curieux anniversaire.

Mais ce soir, il revient  en force :  je revois chaque  détail.

En 26 ans  je n'ai rien oublié.

La jeune femme est revenue  treize mois plus tard. Ce n'était  que le premier chapitre  d'une longue histoire ....

19:16 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir May , une rencontre que tu décris fort bien , cette femme devait être assez désemparée avec cet enfant . Tu lui as rendu ce service en prenant soin de l'enfant qu'elle voyait comme un fardeau . j’espère que le second chapitre de l'histoire est plus ...optimiste pour cet enfant et cette femme .

Merci pour ton passage et content que ma chanson "à l'horizontale" t'ait plu.

Écrit par : Jerry OX | 19/11/2014

Répondre à ce commentaire

Bonsoir ou plutôt Bonjour pour vous .
En lisant ce texte , J' ai cru reconnaitre le visage de l'enfant , le plus petit ou peut-être des deux car ils se ressemblent .Je les vois souvent . Peut-être est-ce aussi parce que la souffrance est de plus en plus grande aux regards des grandes villes . A l'approche des fêtes , je sais que les organisations d'entraide feront leur possible pour faire briller des million d' étoiles dans les yeux des tout petits ...
Merci pour votre visite ..
Notre train partira dans quelques jours ,
je vous invite ..
Have a lovely day ..

Écrit par : loneci | 20/11/2014

Répondre à ce commentaire

Comme dit Maxime Le Forestier,

On choisit pas ses parents,
on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus
les trottoirs de Manille
De Paris ou d'Alger
Pour apprendre à marcher...

Bonne journée.

Écrit par : Mme Chapeau | 20/11/2014

Répondre à ce commentaire

Je pense bien connaître la fin de l'histoire.

Écrit par : eifel | 20/11/2014

Répondre à ce commentaire

Je reconnais chez la mère tout de même une sorte de désir "de bien faire": elle a lavé les vêtements des petites mais n'a pas eu le temps de les sécher; elle se rend compte que le bébé devrait être changé mais elle n'a "plus le temps"...
Elle les laisse entre de bonnes mains et c'est mieux que de maltraîter ses gosses parce qu'on est dépassé par la situation.
Enfin, ma compréhension s'arrête là car je n'imagine pas déposer ma fille comme un paquet et ne resurgir que 13 mois plus tard.

Écrit par : Betsy Boule | 21/11/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.