08/11/2014

Un bien curieux grand-père

Guillou a  trois ans et demi. Il n'a  jamais connu papy que malade ; il sait  qu'il vit  en NeuroB . Mais il se souvient  qu'il habitait dans la même maison que moi  et  quand il  passe   me voir avec  ses parents,  il ne manque  jamais  d'aller  vérifier si le lit  est toujours là .

Il sait aussi   que  parfois  papy est  agité  que dans ce  cas là, il n'est pas possible de le voir. 

Quand tout  est calme ( j'entre d'abord  en éclaireur )  il peut venir dans la chambre. Ce petit  bonhomme prend alors un air très sérieux  pour traverser   la  rotonde  qui  est l'espace  de vie  commun , comme   s'il était  conscient  que dans cet endroit  pas question de courir  partout et il serre  un  peu  plus fort la main de sa maman.

Il prend avec lui  un  petit  sac avec des voitures  ou autres petits jouets. Une fois  dans la  chambre,  il commence   par   toucher  le  bord de la tablette  du fauteuil de papy en guettant  une éventuelle  réaction . Il s'enhardit  alors à toucher  doucement   la main  d'un doigt. Si papy  ne la retire pas d'un geste brusque, il  sort  une petite voiture  et  la  fait rouler  doucement sur la tablette  en  la tenant   par le toit . Parfois, il  a pose  simplement après l'avoir montré.  Il arrive  alors  que   S  tende   l'index  vers le jouet.  Plus rarement , il prononce   le mot auto.

C'est alors   visiblement   un  moment  de victoire pour  Guillou  "  Maman,  papy  a dit  auto  ! " 

Et comme s'il savait  que  c'est le seul  contact   encore possible,  il pose   sa main  sur celle  de son grand-père  crispée  sur la tablette .

Quels souvenirs   ce   petit  bout  d'homme engrange t-il ? 

Les   plus vieux au  moins   sauront  se  souvenir de la personne  que leur grand-père était avant ....

 

18:23 Écrit par May dans Neuro B | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

merci pour ce passage et les compliments

Écrit par : amandine | 08/11/2014

Répondre à ce commentaire

Votre texte me fait pleurer.
Guillou est un petit garçon courageux.

Écrit par : Mme Chapeau | 08/11/2014

Répondre à ce commentaire

Vous savez Madame Chapeau, Guillou est juste un petit garçon comme les autres : il lui arrive de bousculer ses copains de classe et de tenir tête à ses parents...

Écrit par : May | 08/11/2014

Répondre à ce commentaire

Nos petits-enfants sont merveilleux de tendresse et d'attention. N'oubliez pas May qu'à cet âge-là, ils imitent leurs parents !
Passez un bon WE !

Écrit par : Jo | 08/11/2014

Répondre à ce commentaire

ce récit est tristement beau , et c'est hélas souvent le cas dans bien des familles , ces enfants qui vont voir leur parent à l'hôpital sont mis devant une dure réalité .merci pour cette page qui me remue de l'intérieur pour de multiples raisons .

Écrit par : ghislaine | 09/11/2014

Répondre à ce commentaire

mes grand-père...oui je me souviens d'eux mais bien longtemps qu'ils sont partis..maintenant à nous d'être grands parents...à 200 % oh que oui

Écrit par : ♥*¨*•.¸¸❤ ♥*¨*•.¸¸❤ | 09/11/2014

Répondre à ce commentaire

Notre plus jeune fils avait peur de ma tante "partie dans les mondes parallèles". Elle voyait en lui une fille, elle bougeait sa bouche sans arrêt, notre gamin était terrorisé. C'est en pensant à cette époque que j'ai écrit mon premier commentaire...
Profitez bien de votre petit Guillou qui ose jouer avec son grand père.

Écrit par : Mme Chapeau | 09/11/2014

Répondre à ce commentaire

J'aime bien l'expression de " mondes parallèles"...
Des adultes sont aussi mal à l'aise avec cet état . C'est le cas pour deux des hommes de la tribu :ils n'ont jamais franchi la porte de Neuro B .

Écrit par : May | 09/11/2014

bonjour, je découvre le blog et je lis ce post qui me remue beaucoup. C'est tellement beau.

Écrit par : mel | 15/11/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.