31/10/2014

All hallows eve

Chez les  Celtes irlandais,   Samhain   ( prononciation sawin)  était une  fête  religieuse  très importante  qui  marquait l'arrivée de la saison sombre. 

On la retrouve  en Gaule sous le  nom  de  Tri nox  samoni  ( les 3 nuits de  Samhain) et  vers le VIIIième  siècle, les moines irlandais  qui transcrivent   les coutumes  celtiques   la situe  eu 1 novembre. 

A cette époque,  La  Toussaint  se fêtait  le 13 mai, date qui correspondait  aux Lémuria   ( fête  romaine dont l'objectif  était  d'apaiser   les Lémures ,  âmes  damnées   des  personnes  qui  avaient  connu une mort   violente ou tragique,  qui hantaient les  vivants ). Belle harmonisation des  croyances...

La Gaulle  oublie doucement  la culture romaine et les populations , on le voit dans les  écrits des moines,  et  reprennent leurs  coutumes celtiques  . En 837  Grégoire IV décide de ramener la Toussaint au  1 novembre.  Nouveau syncrétisme ...

Il faudra  encore  attendre  quelques  centaines  d'année pour  voir le 2 novembre prendre   la titre  de Jours des morts.  Samhain   est  oublié ...

Mais pas  en  Irlande ! Et  quand  les Irlandais  partent massivement  vers l'Amérique , Samhain , s'adaptera au Nouveau Monde.

Il nous est  revenu  sous le  nom d'Halloween ( qui se traduirait   par  soir de tous les saints  : veillée de  Toussaint )   et à la sauce  américaine, bien  imbibé de la culture  de film d'horreur. Zombies  gluants,  monstres  sanguinolents, araignées velues  et   sorcières  maléfiques   sont de la partie. En fait  Halloween  est   un gros  fourre-tout  ou toutes les peurs  qui touchent à la mort  et à un au-delà  sont admises.

 Ce  qui  m'interpelle, c'est  cette  volonté  - qui traverse les  siècles et les cultures -   de vouloir croire  que la mort  n'est pas la  fin. Parce  que , tout de même,  imaginer   fantômes et autres  âmes   errantes , c'est accepter   qu'il y a  autre chose  après la mort .

 

 

09:51 Écrit par May dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

30/10/2014

On les appelle les filles de joie

Les chantiers de Charleroi  ville  basse  ont forcé  les filles  de l' Est à  tapiner autre part : leurs proxénètes les ont installé  le long de  la N5. 

C'est un peu  plus voyant que  sur  le  quai Brabant ou dans la rue  Léopold . Et les riverains trouvent ça  dérangeant.

Rien à voir avec les  escort  de haut  standing ;  l'arrivée  des filles de l' Est  casse les prix. C'est à  dire  encore plus  de passes pour  ramener  le  montant au "patron".

Il y a quelques  jours, une  de ces pauvres filles   a été prise  en flagrant  délit  de racolage. Il faut  dire   qu'il valait  mieux  qu'elle se montre motivée  : elle  était surveillée  par  un homme  installé   dans une voiture  sur le parking. La police  a  d'ailleurs trouvé  la carte  d'identité  de la jeune  femme sur lui. 

Une autre, dans un excès de  zèle, est montée dans la voiture  banalisée de la police  persuadée   qu'elle  avait à faire   à  des clients potentiels !  Une   erreur qui risque  de lui coûter cher. Et pas seulement  au niveau de l'amende... 

Alors, franchement, " filles de joie" ça me paraît un peu douteux  comme  expression ....

 

 

20:56 Écrit par May dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Je l'avoue

Le repassage  n'est pas   mon activité favorite.

Et c'est la manière  la plus soft  que j'ai trouvé pour  exprimer  mon point de vue  !

Je pourrais  vous dire  que   la station debout  et  statique  ( au niveau  des jambes   bien entendu ) me fatigue  le dos   mais   même  très jeune  femme   je  n'aimais déjà  pas le repassage. Pas  de chance : avec ma  tribu, j'ai du  y consacrer  de nombreuses  heures. 

Et je ne suis pas  loin  de  considérer   les repasseuses   qui  utilisaient  de  genre   d'instrument   comme  des   martyres ...                                  

téléchargement (3).jpg

 

En mauvais mère  que je suis,  dès qu'un des enfants - fille  comme garçon-  atteignait l'âge  de manipuler  un fer   à repasser  sans   le moindre  risque,  il  devait prendre   ses  vêtements  en charge. Ce  qui  d'ailleurs  valu aux garçons   à la fois d'épater  les filles   et  de  se prendre des remarques   ironiques  ou  vexantes.

Celle  qui  est  devenue  ma belle-fille  me racontait qu'elle était  passée une fois  chercher  L. ; celui  ci  n'est pas prêt  et lui  avait dit " je donne un coup de fer   sur ma chemise  et on  y va " . Et d'ajouter  " je  l'ai trouvé  si craquant ! " 

 

Premiers  jours  de classe  en secondaire  :  le titulaire  de  classe  demande   à chaque  élève de  se mettre   debout  et  de  dire  une chose  qu'il aime et une  qu'il déteste. C'est le tour  de  G. : " j'aime   le foot  et je déteste   repasser "  Rires dans la classe ... et le prof   "  je vois  que   tu aimes  la plaisanterie "   !!!

Stage    dans une  boulangerie  pour  A.  :  le matin,  il roule  dans ménagement  son équipement vestimentaire  pour le mettre  dans   son sac.  Le  boulanger  " c'est ta mère  qui va   être  contente  de voir ça"  et  A. " Pas  de soucis,  l'entretien  de ma tenue   je m'en occupe "   Revirement  de l'homme  "  ah  oui, tu es " placé", c 'est vrai "

Chaise  à repasser, centrale vapeur, Mp3 pour  l'ambiance musicale : je crois   que j'ai tout  essayé   pour  pour apprivoiser  cette tâche : et rien n'a vraiment  marché.

On ne peut   pas   être parfaite   dans tous  les   domaines   n'est-ce pas  ?  Innocent

 

07:35 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |