30/10/2014

Je l'avoue

Le repassage  n'est pas   mon activité favorite.

Et c'est la manière  la plus soft  que j'ai trouvé pour  exprimer  mon point de vue  !

Je pourrais  vous dire  que   la station debout  et  statique  ( au niveau  des jambes   bien entendu ) me fatigue  le dos   mais   même  très jeune  femme   je  n'aimais déjà  pas le repassage. Pas  de chance : avec ma  tribu, j'ai du  y consacrer  de nombreuses  heures. 

Et je ne suis pas  loin  de  considérer   les repasseuses   qui  utilisaient  de  genre   d'instrument   comme  des   martyres ...                                  

téléchargement (3).jpg

 

En mauvais mère  que je suis,  dès qu'un des enfants - fille  comme garçon-  atteignait l'âge  de manipuler  un fer   à repasser  sans   le moindre  risque,  il  devait prendre   ses  vêtements  en charge. Ce  qui  d'ailleurs  valu aux garçons   à la fois d'épater  les filles   et  de  se prendre des remarques   ironiques  ou  vexantes.

Celle  qui  est  devenue  ma belle-fille  me racontait qu'elle était  passée une fois  chercher  L. ; celui  ci  n'est pas prêt  et lui  avait dit " je donne un coup de fer   sur ma chemise  et on  y va " . Et d'ajouter  " je  l'ai trouvé  si craquant ! " 

 

Premiers  jours  de classe  en secondaire  :  le titulaire  de  classe  demande   à chaque  élève de  se mettre   debout  et  de  dire  une chose  qu'il aime et une  qu'il déteste. C'est le tour  de  G. : " j'aime   le foot  et je déteste   repasser "  Rires dans la classe ... et le prof   "  je vois  que   tu aimes  la plaisanterie "   !!!

Stage    dans une  boulangerie  pour  A.  :  le matin,  il roule  dans ménagement  son équipement vestimentaire  pour le mettre  dans   son sac.  Le  boulanger  " c'est ta mère  qui va   être  contente  de voir ça"  et  A. " Pas  de soucis,  l'entretien  de ma tenue   je m'en occupe "   Revirement  de l'homme  "  ah  oui, tu es " placé", c 'est vrai "

Chaise  à repasser, centrale vapeur, Mp3 pour  l'ambiance musicale : je crois   que j'ai tout  essayé   pour  pour apprivoiser  cette tâche : et rien n'a vraiment  marché.

On ne peut   pas   être parfaite   dans tous  les   domaines   n'est-ce pas  ?  Innocent

 

07:35 Écrit par May dans Perso | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Si vous êtes imparfaite dans le repassage, ce n'est pas le cas dans le domaine de l'éducation car bon nombre de parents devrait suivre votre exemple et éduquer les enfants ( et surtout les garçons ) de la manière que vous.

Écrit par : eifel | 30/10/2014

Répondre à ce commentaire

Voilà bien une chose qui m'a un peu inquiété quand je me suis retrouvé seul à la maison, j'ai appris à cuisiner en demandant conseil à mes collègues de bureau, j'ai aussi posé des questions à propos des lessives mais le repassage m'a plu dès la prise en main, bien sûr je n'ai pas des mannes et des mannes mais une chemise ou autre vêtement ne me font pas peur... comme quoi, on apprend toujours avec les années et les aléas de la vie :)
Bonne fin de semaine, May.

Écrit par : Philippe | 30/10/2014

Répondre à ce commentaire

Hè ça me fait plaisir de te lire je n'aime pas ça non plus ! Mais comme tu dis il faut bien le faire !!!!!
Bonne fin de semaine May

Écrit par : Chadou | 31/10/2014

Répondre à ce commentaire

Je n'ai que deux mots à te dire, séparés par un trait d'union: titres-service ! :-)

Écrit par : Betsy Boule | 01/11/2014

Répondre à ce commentaire

Amusant (pour moi) cet article. Je dirais bien que ma mère ne repassait jamais, mais ce ne serait pas tout à fait juste. Elle a quand même un jour dit à mon père "repasse tes chemises toi-même". Pour moi, le fait de ne pas repasser est devenu comme un symbole de lutte contre la condition féminine qui veut que l'on cumule une vie professionnelle, une vie d'épouse et d'éducatrice des enfants et une vie de ménagère (et il faudrait encore en plus être sous les armes, féminine, et épanouie - en vivant pour soi-même... Pendant la 25ème heure de la journée peut-être ?)

Il n'empêche qu'à l'époque où je travaillais, quand j'étais en congé de maladie pour grippe, j'utilisais le ou les deux derniers jours pour faire du ménage, dépendre le linge qui restait en permanence sur le séchoir, le repasser et le ranger... J'aimais bien. c'était plus gai que de taper des états des lieux locatifs d'entrée pour des clopinettes...

Écrit par : Pivoine | 05/11/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.