20/12/2014

J-4

 
Tant annoncées ,  tant  attendues  (?)   "les  fêtes"  sont  maintenant  proches.
Si tous les secteurs du commerce  ont  sorti   les  boules ,  le houx  et les promotions  qui  voudraient  vous faire  croire  que tout  est à votre portée,  la première place  revient aux supermarchés  qui proposent de  véritables orgies   alimentaires.

Tout est là et à  profusion. Du rayon  fruits et légumes  qui  prend des airs exotiques,  en  passant   par   la boucherie  qui  ne  vous parle  que de  volailles farcies et gibiers, sans oublier le coin de la mer ni la pâtisserie  qui étale bûches  et autres hautes  concentrations en calories .
J'en aurais presque  envie de  revenir   au temps ou toute la tribu était à la maison !
A chaque coin de rayon , des professionnels  de la gourmandise  et leurs mange debout  bien garnis vous aguichent . C'est un  viol permanent  des papilles  ! 

Et pourtant ,  dans la petite ville où je fais mes courses, 23% de la population  vit  avec moins de 1000€ par mois ! 

De quoi changer l'imagerie populaire  de  l'enfer  : plus personnes  n'a peur  du bûcher. Ce week end,  pour  beaucoup , l'enfer  se résumera à un caddie presque vide ...

12:06 Écrit par May dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

09/12/2014

Les cadenas d'amour

C'est un phénomène  qui  touche  bien des ponts  ou autres  grillages  de bien des grandes ( ou  moins grandes)  villes  d'ici et  d'ailleurs.

Il s'agit  des  " cadenas d'amour". Un couple achète un cadenas, l'attache   à un grillage, le ferme  et jette  la clé  dans le fleuve. 

 

images (28).jpg

 

 Cette mode m'interpelle. D'un point de vue  très  terre à terre cela m'agace  de voir un amas de  ferrailles  colorées gâcher  l'esthétique  d'un  pont ou l'abord  d'un  monument.

 

1285782193_ID8172762_manneken_211758_H43XG5_0.JPG

 

 

 

 

Je considère  que  c'est un  manque de respect. Du vandalisme un point  c'est tout.

e de respect. Du vandalisme un point  c'est tout.

Quant au symbole , je me limiterai  à dire ( parce  que  si  je me laisse  aller  le post  risque  d'être un  peu  long  Incertain ) que l'amour  se cadenasse pas plus  qu'il ne  se commande. 

 

 

                                 

 

 

 

 

 

20:53 Écrit par May dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

03/12/2014

La Ste Barbe

Pendant 13 ans  j'ai  été   la  femme  d'une  gueule  noire.

Sa  décision ne m'avait pas  étonnée : il travaillait  depuis quelques années  dans  l'atelier de surface.  Un jour, il a fallu un ajusteur  de fond pour remplacer  celui qui  prenait sa retraite, le salaire   était   proportionnel   et il n'a pas hésité.

Je me  souviens encore  du  mépris de  son père  quand  il lui annoncé  qu'il  allait " descendre " .  Les mineurs - même  si  on   reconnaissait leur  courage - n'avait  pas l'image  si belle  qu'on la fait   dans les  textes d'hommage.  C'était un travail  que peu de belges acceptait  de faire .

Au  moment  de la fermeture, 638 hommes descendaient  encore  au fond et  82% des travailleurs  étaient d'origine  étrangère.

Si les conditions  s'étaient  beaucoup améliorées, le travail  entre   1971 et 1984, restait  tout de même   pénible. Malgré l'aération,  la température, à  718 m sous terre.  est élevée.

 Et  chaque fois  qu'il entrait  dans la cage , il restait un  petit bout  de peur,enfoui quelque part dans la  tête "  Et  si .... " 

C'est sans doute  cette  crainte  qui était la base   de cette ambiance  si  particulière   du travail minier.

 

 

2359944825_small_1.jpg

 

                                                   Sortie  de  cage 

 

bv000013.jpg

la-salle-des-pendus_6.jpg

 

La salle  des pendus  (  là  ou le travailleur accrochait  soit  ses  vêtements) 

 

 

 

 

La médaille  ( chaque   homme  devait  remettre  la sienne  avant  de  descendre ) permettait de  voir immédiatement quel  mineur  était  au fond .

 

Les semaines  avant la  Ste Barbe,  la superstition  recommandait d'être   prudent : 

" Ste Barbe  prend son  homme"  disaient-ils  s'il y avait un accident.

Et puis le 3 décembre  après-midi, c'était la  fête  !  Parfois  excessive.  A la mesure   de  ce que ces hommes vivaient  jour après jour .

 

 

 

20:45 Écrit par May dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |